Favicon

Events

No Events on The List at This Time

Follow Us
GO UP
Image Alt

Sites archéologiques

Un trésor pour les visiteurs

Les temples anciens, les tombeaux taillés dans la roche et les villas romaines aux mosaïques élaborées sont le reflet des sociétés très sophistiquées qui peuplaient autrefois Paphos. Avec une histoire remontant à plus de huit mille ans, la ville offre une richesse de trésors au visiteur.
De l’âge de pierre, en passant par l’époque hellénistique et romaine jusqu’à l’époque byzantine, de nombreux monuments antiques de Paphos figurent sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Pafos Archaeological Park (UNESCO)

Kato Pafos, près du port de Paphos

Tel: +357 26306217

Ouvert tous les jours:Heures d’hiver (16 septembre – 15 avril): 8h30 – 17h00

Horaires d’été (16 avril – 15 septembre): 8h30 – 19h30

Entrée: 4,50 €

Partiellement accessible aux fauteuils roulants. Suivre les instructions données par le personnel du site.(itinéraire non indiqué). La présence du site archéologique de Kato Pafos sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1980 a été le catalyseur d’un plan ambitieux visant à protéger et à entretenir les vestiges archéologiques de la ville, à les promouvoir et à fournir des informations complètes pour les visiteurs. Le parc archéologique de Kato Pafos comprend des sites et des monuments de la Préhistoire au Moyen Âge, la plupart datant de l’époque romaine. Les superbes sols en mosaïque des quatre villas romaines constituent l’attrait principal du parc, mais le lieu comprend également d’autres monuments importants, tels que la forteresse Asklipieion, l’Odéon, l’Agora, les « Saranta Kolones » Panagia Limeniotissa (Notre-Dame du Port) et les Tombeaux des Rois.

Ancien Odéon

L’Odéon se trouve à Kato Pafos, au cœur de la zone touristique. C’est un petit amphithéâtre du IIe siècle construit en blocs de calcaire bien taillés. Il est actuellement utilisé en été pour des représentations musicales et théâtrales.
À proximité se trouvent les vestiges des anciennes murailles de la ville, l’agora romaine et un bâtiment dédié à Asklipeios, dieu de la médecine.

L'Agora

L’Agora, située en face de l’Odéon, date du milieu du IIe siècle après JC. Elle formait une cour carrée de 95 sur 95 mètres avec des portiques à colonnes qui possèdent des chapiteaux corinthiens mais pas de cannelures.

L'Asklepieion

Sanctuaire dédié au dieu de la médecine, Asklepeios, il a également été utilisé comme centre de guérison. Il est situé au sud de l’Odéon et au sud-ouest de l’Agora. C’est un grand complexe de bâtiments avec plusieurs pièces et une cour carrée.

Saranta Kolones

Cette forteresse médiévale en ruine, située près du port, a été construite par les Lusignans au début du XIIIe siècle sur l’emplacement d’un ancien château byzantin. Elle a été détruite par un tremblement de terre en 1222.
Le nom de Saranta Kolones (quarante colonnes) provient du grand nombre de piliers de granit répartis sur ce site archéologique.

Site archéologique d’Agios Georgios à Pegeia

Le site archéologique d’Agios Georgios du village Pegeia est un lieu de pèlerinage  célèbre dans la région de Pafos (Paphos). Des fouilles entreprises dans les années 1950 ont révélé d’importants indices de la présence d’une implantation paléochrétienne sans fortifications.

Lors des fouilles, ont été découvertes trois basiliques paléochrétiennes et un espace de bains du VIe siècle. Des fouilles ultérieures (dans les années 1990) ont révélé une présence humaine sur le col et les versants sud du cap tout proche, au cours des périodes romaine et paléochrétienne.

Le village prospéra sous Justinien Ier (527 – 565 après J-C) et sa position privilégiée laisse penser qu’il s’agissait d‘un port d’escale pour les navires transportant des céréales depuis l’Égypte vers Constantinople.

La nécropole, comportant des tombes taillées dans la roche, se situe en haut de la falaise. Au centre de l’ancien village, situé sur le col du cap, se trouve la grande «basilique A» à trois nefs avec un baptistère adjacent sur son côté occidental. Une plus petite basilique à trois nefs, comportant un transept, est annexée sur le côté septentrional du baptistère.

La «basilique B» à trois nefs se situe au pied du versant sud du cap, tandis que les ruines de la petite «basilique C» à trois nefs également, comportant des structures adjacentes le long du côté septentrional, dont une sacristie, un moulin à huile, une auberge et une cour, se trouve au nord-est du site,.

Le lieu de pèlerinage d’Agios Georgios se trouve entre le site des basiliques et la nécropole. Il existe aussi une petite chapelle dédiée également à Agios Georgios fondée vers la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle. Quant à l’église en pierre d’Agios Georgios, il s’agit d’une construction plus récente.

Région: Pafos
Adresse: Village de Pegeia, 11 km au nord de Pafos
No à contacter: +357 26 812 301
Horaires d’ouverture: Du 16 avril au 15 septembre: tous les jours: 08h30 – 16h00
Du 16 septembre au15 avril: tous les jours: 09h30 – 17h00
Période d’ouverture: Toute l’année.
Hors jours fériés.
Tarifs: €2,50
Pour des visites organisées en groupe de plus de 10 personnes, une réduction de 20% s’applique sur le tarif.
Le département des Antiquités peut émettre des cartes d’entrée forfaitaires valables dans l’ensemble de ses musées et monuments historiques.
Carte valable: 1 jour: €8,50 / 3 jours: €17,00 / 7 jours: €25,00
Les horaires d’ouverture, ainsi que les tarifs, sont sujets à modification sans préavis. Nous vous invitons à vous renseigner avant la visite.
Mosaïques de Paphos

Kato Pafos, près du port de Paphos

Tel: +357 26306217

Ouvert tous les jours: Heures d’hiver (16 septembre – 15 avril): 8h30 – 17h00Horaires d’été (16 avril – 15 septembre): de 8h30 à 19h30

Entrée: 4,50 € (à payer à l’entrée du parc archéologique ; inclut la visite de tous les sites du parc)

La villa de Dionysos

Les sols en mosaïque représentant des scènes mythologiques sont les principales caractéristiques de cette villa romaine restaurée datant du IIe siècle après JC. Nommée « maison de Dionysos » en raison des nombreuses représentations du dieu du vin, elle appartenait probablement à un membre de la classe dirigeante romaine ou à un riche citoyen de Paphos.

The House of Theseus

The Bâtie au IIe siècle après JC, la villa de Thésée se trouve à proximité de la maison de Dionysos. Les mosaïques de cette villa présentent des motifs géométriques intéressants ainsi que des représentations mythologiques. Celles de « Thésée tuant le Minotaure » et de « la Naissance d’Achille » sont particulièrement dignes d’intérêt.

The House of Aion

Les mosaïques de la villa d’Aion datent du IVe siècle après JC et se trouvent à proximité des mosaïques de Dionysos et de Thésée. Cinq scènes mythologiques méritent d’être vues : « Le bain de Dionysos », « Léda et le cygne », « Concours de beauté entre Cassiopée et les Néréides », « Apollo et Marsyas » et le « cortège triomphant de Dionysos ».

The House of Orpheus

Les sols de cette villa remontent au IIIe siècle après JC et se trouvent à l’ouest de la maison de Thésée. Trois mosaïques représentant des scènes de la mythologie se démarquent : « Orphée et sa lyre », « Hercule et le lion de Némée » et « l’Amazone ».

La villa des quatre saisons

Cette maison se trouve au nord de la maison d’Orphée. Nommée d’après la mosaïque qui représente la personnification des quatre saisons elle daterait de la première moitié du IIIe siècle de notre ère.

Château Médiéval de Paphos

Port, Kato Pafos

Tel: +357 26306217

Ouvert tous les jours: Heures d’hiver (16 septembre – 15 avril): 8h30 – 17h00Horaires d’été (16 avril – 15 septembre): de 8h30 à 19h30

Entrée: 2,50 €

Non accessible aux fauteuils roulants Le château de Paphos était à l’origine un fort byzantin destiné à protéger le port. Il a été reconstruit par les Lusignan au XIIIe siècle, démantelé par les Vénitiens en 1570 lors de l’invasion ottomane et reconstruit par les Ottomans après la prise de l’île au XVIe siècle. À l’origine, ce rôle de forteresse était assuré par le fort Saranta Kolones, dont les ruines se trouvent à quelques centaines de mètres au nord. Au cours de sa longue histoire, le château de Paphos a également été utilisé comme prison et même comme lieu de stockage de sel lorsque l’île était une colonie britannique. En 1935, il a été déclaré monument ancien et il est aujourd’hui considéré comme l’un des symboles de la région de Paphos. De nombreuses manifestations culturelles ont lieu sur la place juste en face du château. Chaque année au mois de septembre, le festival Paphos Aphrodite présente un opéra différent mis en scène par des artistes de renommée mondiale, utilisant le château et le paysage environnant comme toile de fond

The Hellenistic –Roman Theatre of Pafos

Le site de l’ancien théâtre de Nea Paphos se trouve dans la ville moderne de Kato Paphos. Le théâtre a été construit par les Ptolémées d’Alexandrie vers 300 ans avant notre ère, sur le versant sud d’une colline située au nord-est de l’ancienne ville fortifiée. Il est resté en place jusqu’à la fin du IVème siècle après JC. Il est possible d’identifier au moins cinq grandes phases de construction et de rénovation au cours de son histoire marquées par les périodes grecque et romaine, ainsi que les restaurations après les dégâts causés par un séisme.

Tombeaux des rois

Kato Pafos, Avenue des tombeaux des rois

Tel: +357 26306295

Ouvert tous les jours:Heures d’hiver (16 septembre – 15 avril): 8h30 – 17h00Horaires d’été (16 avril – 15 septembre): de 8h30 à 19h30

Entrée: 2,50 € 

Réparties sur un vaste territoire, ces impressionnantes tombes souterraines remontent au IVe siècle avant JC. Taillées dans la roche, certaines sont décorées de piliers doriques. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, elles sont la sépulture de hauts gradés et non de rois. C’est uniquement la splendeur des tombes qui a donné son nom à la localité.

Panagia Chrysopolitissa

Kato Pafos

Tel: +357 26306217

Ouvert tous les jours:Heures d’hiver (16 septembre – 15 avril): 8h30 – 17h00Horaires d’été (16 avril – 15 septembre): de 8h30 à 19h30

Entrée gratuite 

L’église Panagia Chrysopolitissa a été construite au XIIIe siècle sur les ruines de la plus grande basilique byzantine de l’île. Dans l’enceinte se trouve le pilier Saint Paul, où la légende raconte que Saint Paul aurait été fouetté, incitant le gouverneur romain, Sergius Paulus, marqué par cette démonstration de foi, à se convertir au christianisme. À l’origine, l’église comportait sept nefs, mais leur nombre a, par la suite, été réduit à cinq. Le sol de la basilique était recouvert de mosaïques colorées, dont certaines sont encore intactes aujourd’hui.

Pilier Saint Paul

Lors de sa visite à Paphos en 45 après JC, Saint Paul parvint à convertir le souverain de l’époque au christianisme en payant le lourd tribut de 40 coups de fouet. Le pilier Saint Paul est désormais l’un des arrêts incontournables des pèlerins qui viennent visiter les sites religieux de ce premier bastion de la foi chrétienne.

Manoir Royal de Kouklia

Village de Kouklia

Tel: +357 26432155

Ouvert tous les jours:Heures d’hiver (16 septembre – 15 avril)Du lundi au dimanche: de 8h30 à 17h00 Horaires d’été (16 avril – 15 septembre)Du lundi au dimanche: de 8h30 à 19h30

 Entrée: 4,50 € (le prix comprend l’entrée au musée local de Palaipafos-Kouklia) 

 

Le manoir royal de Kouklia était autrefois le cœur du domaine féodal de la région, chargé notamment de la production de sucre. Il s’agit d’un grand ensemble de bâtiments datant du XIIIe siècle, avec quelques extensions ultérieures, rénovées à l’époque moderne. Il abrite aujourd’hui le musée archéologique local.

Basiliques chrétiennes de Pégeia

Il existe de nombreuses basiliques chrétiennes construites au début de la période byzantine dans tout Chypre. Aujourd’hui encore, les vestiges des basiliques Panagia Chrysopolitissa et Panayia Limeniotissa sont présents à Paphos.

La basilique de Panagia Chrysopolitissa est située dans la partie orientale de la ville. Il s’agit de la plus grande basilique découverte à Chypre. Jadis, cathédrale de la ville et siège de son évêque, elle a été construite à la fin du IVe siècle et détruite au milieu du VIIe siècle, lors des invasions arabes. C’était à l’origine une basilique à sept nefs, qui a été reconstruite et modifiée à plusieurs reprises. L’église médiévale d’Agia Kyriaki se trouve à proximité.

La basilique de Panagia Limeniotissa est située non loin du port de Paphos. Il s’agit d’une basilique à trois nefs construite au début du Ve siècle. Il reste très peu de mosaïques à motifs géométriques qui recouvraient autrefois les sols.
Trois autres basiliques, proches l’une de l’autre, ont fait l’objet de fouilles dans la région du cap Drepano, à environ 15 kilomètres au nord-ouest de Paphos. Elles sont appelées les basiliques d’Agios Georghios tis Pegeias. La plus grande d’entre elles, dotée de trois nefs, a été érigée au milieu du VIème siècle, quelques années avant la deuxième. Quant à la troisième, elle remonterait à la fin du VIème ou au début du VIIème siècle.

Ville antique de Marion

Suivant l’exemple d’Alexandre le Grand, les Ptolémées fondèrent plusieurs nouvelles villes. Après sa destruction totale par Ptolémée Ier, la ville de Marion fut reconstruite au début du IIIe siècle avant JC et renommée Arsinoé en l’honneur de la sœur de Ptolémée Philadelphe qui devint par la suite son épouse. Deux autres villes ont également été fondées sous le nom Arsinoe, l’une à l’est de Chypre, à Salamis, et la seconde dans la région de Paphos, entre New et Old Paphos. Selon Strabon, cette ville, qui n’a pas été localisée, possédait un port  (προσόρμιον), un sanctuaire (ιερό) et un bosquet sacré (λσος). Son sanctuaire était probablement dédié à la reine Arsinoé qui, à sa mort (en 270 avant JC), fut glorifiée et vénérée à l’image d’Aphrodite, comme de nombreux autres rois et reines ptolémaïques.

Rois de Marion

L’ancien royaume de Marion et la capitale du même nom (aujourd’hui « Polis tis Chrysochous ») étaient également situés dans la région de Paphos. Des preuves manuscrites et numismatiques nous permettent de connaître le nom de 5 rois ayant régné sur la ville :

 

 

1. Doxandros (Ve siècle avant JC)
2.   Sasmas (Ve siècle avant JC)
3.  Stasioikos I (Ve siècle avant JC)
4. Timocharis (Ve siècle avant JC)
5. Stasioikos II (Ve siècle avant JC)
X